Habib Koité & Bamada

Habib Koité & Bamada

Musique
sam. 12/06/2021 — 20h00
Prix Plein: 25.00€
Groupe: 20.00€
< 26 ans: 12.00€
Acheter tickets
Tickets

La réservation de places est obligatoire.

Email info@cube521.lu

Téléphone+ 352 521 521 (Cube 521)
+ 352 470 895 1 (luxembourgticket)



Kulturpass welcome!

Le guitariste malien Habib Koité mêle les rythmes traditionnels du Mali à des sonorités plus folk. Au Cube 521 il présentera son sixième album Kharifa. Le son du Mali, de ses traditions musicales riches et diversifiées et de ses instruments (ngoni, flûte, kora, doun doun…) imprègnent les douze titres qui composent ce superbe projet.

Les musiciens qui l’accompagnent sur scène comme les prestigieux invités qui l’entourent pour ce nouvel enregistrement sont: Toumani Diabaté, M’Bouillé Koité, son neveu (prix RFI en 2017), son propre fils, Cheick Tidiane Koité, Amy Sacko, la chanteuse du groupe de Bassekou Kouyaté, Ngoni Ba, et bien d’autres. Les compositions originales et les reprises qui constituent la colonne vertébrale de ce nouvel album reflètent l’ouverture d’esprit du griot, sa volonté de voyager à travers le riche patrimoine malien tout en bâtissant les fondations d’une musique résolument moderne, également influencée par le rock occidental et le folk. Trop souvent comparé à Eric Clapton, le Malien se révèle en fait plus proche d’un JJ Cale, de cette façon d’occuper l’espace avec la guitare, de jouer la note plutôt que les notes, de laisser couler les arpèges par-dessus les percussions, caressant tout en dirigeant, en réel virtuose, le souffle rythmique de chacun des titres du CD. Son album témoigne de son intérêt et de son implication dans la vie quotidienne bamakoise. Sans jamais nier les problèmes qui gangrènent sa ville et son pays – pollution, pauvreté, désœuvrement, insalubrité, maladie… –, Habib se veut résolument optimiste, porteur d’espoir, luttant contre l’intolérance, l’ignorance et l’obscurantisme. Quand Mandé parle de réconciliation, Kharifa appelle à la responsabilisation de chacun. « La vie est un combat quotidien » chante-t-il dans Wara.

Six albums – sans compter les « live » et le duo avec Eric Bibb –, plus de 1500 concerts à travers la planète, la reconnaissance des plus grands, un répertoire imparable : Habib Koité prend son temps et bâtit, pas à pas, une carrière exemplaire.

Habib Koité
 Artiste malien à la renommée internationale. En 1968, la famille part à Bamako. Commence alors une période d’essor incroyable pour la musique malienne, grâce à la volonté du nouveau président Moussa Traoré d’instaurer des Biennales artistiques régionales et nationales. Celles-ci donnent lieu à une compétition entre les différents orchestres et artistes des 8 régions du pays,  et cela favorise l’émergence d’une nouvelle génération de musiciens partout dans le pays.

Bien qu’influencé par son grand-père qui joue du ngoni, un luth malien à quatre cordes, c’est essentiellement en autodidacte qu’Habib apprend à jouer sur une guitare acoustique. "Personne ne m'a vraiment appris à chanter ou à jouer de la guitare», je regardais mes parents, et cela a déteint sur moi."

 Vers 1988, il fonde le groupe Bamada (qui signifie littéralement ‘dans la bouche du crocodile’. Des maquis aux bars des grands hôtels, le Bamada se taille une solide réputation scénique, reprenant entre autres des titres de Jimi Hendrix ou James Brown en concert. Le Mali a des traditions musicales riches et variées , qui ont beaucoup de variations et de styles provenant des cultures régionales et locales. Dès cette époque, Habib Koité marie habilement le poids de sa tradition de griot à une virtuosité instrumentale étonnante. En cela, il est unique car il rassemble différents styles, en proposant une vision pan-malienne qui reflète son esprit ouvert, son intérêt dans tous les genres de musique.

En 1991, il remporte le Premier prix du festival Voxpole à Perpignan. En France, Habib Koité reçoit  le Prix Découverte en 1993. Muso Ko, le premier album d’Habib Koite & Bamada est enregistré au printemps 1995 à Bruxelles. Une série de concerts enthousiastes cimente la réputation d’Habib Koité et de ses musiciens, notamment sur la scène des grands festivals européens. 

Très bien accueilli par la critique, son deuxième opus Ma Ya sort en 1998, et en 1999 aux Etats-Unis sur le label Putumayo. Après de nombreuses collaborations, notamment avec le guitariste sud-africain Louis Mahlanga mais aussi là l’occasion des projets “Désert Blues” (avec les Tartit et Afel Bocoum) et “Acoustic Africa” (avec Vusi Mahlasela et Dobet Gnahoré) et des tournées qui l’emmènent aux quatre coins du monde, Habib retrouve finalement le chemin des studios à la fin de l’année 2006.

Sobre et envoûtant, sortie en 2007, Afriki marque le grand retour d’Habib Koite & Bamada, conjuguant à merveille mélodies envoûtantes, racines folk et rythmiques chamarrées, rencontre parfaite de modernité et de tradition.

En janvier 2012,  Habib a enregistré au Mali,  Brothers In Bamako, un album avec le bluesman américain Eric Bibb, qu’il  avait eu l’occasion de rencontrer en 1997, lors de la promotion de la compilation “From Mali to Memphis” du label Putumayo. Une amitié et un désir de rencontre était présent depuis. “Soô”, sorti en 2014,  a été conçu et enregistré à Bamako avec un nouveau groupe de jeunes musiciens, composé de deux frères, Issa (guitare, banjo) et Mama Koné (percussions), de Charly Coulibaly (clavier) entouré par Abdoul Wahab Berthé (basse, kamala n’goni) du groupe original Bamada. En 2016 et 2017, Habib et son groupe continuent à ravir le public tant en Europe (dont une belle tournée en UK). Le nouvel album “KHARIFA” (CJ034) sorti en automne 2019 a été entièrement réalisé à Bamako au studio Maya.


 Photo: ©Michel de Bock